Les livres pour voyager

Vous aimez les livres? Vous aimez les voyages? Ca tombe bien, moi aussi!

En voyage plus que dans n’importe quelle autre situation, il est nécessaire d’avoir un bon bouquin à portée de main. Que ce soit pour occuper les après-midi bronzette sur une plage en Thaïlande ou pour faire passer les heures de vol vers l’Australie plus rapidement, un livre peut vous changer la vie. C’est pourquoi j’ai décidé aujourd’hui de vous présenter quelques uns de mes livres préférés au cas où vous auriez besoin d’un peu d’inspiration…

Si on aime les voyages et les livres, généralement on aime aussi les livres qui nous font voyager. En tous cas, c’est mon cas et voici ma petite sélection de livres qui font découvrir un pays, une culture ou beaucoup plus…

 La vie en jaune, Marc Boulet

Vous le savez, la Chine occupe une place tout à fait spéciale dans ma vie et il fut une époque où je me nourrissais uniquement de livres sur le sujet. La vie en jaune en fait partie et je vous le conseille vivement, que vous aimiez la Chine ou non!

lavieenjaune

La Chine est-elle une menace pour le monde et la liberté des peuples ? Les Chinois sont-ils en train de saper notre économie, de détruire notre environnement ? Face à ce supposé «péril jaune», Marc Boulet est retourné s’immerger dans la réalité chinoise. Au fil des milliers de kilomètres qui séparent le Guangxi (au sud) de la frontière mongole (au nord), il sillonne les villes et les campagnes. Depuis les Africains du Harlem de Canton jusqu’à son ami millionnaire qui joue sa fortune sur les mines de cuivre, Marc Boulet réussit à explorer la «vraie Chine avec ses vrais changements», telle qu’elle n’est jamais montrée. Grâce à sa belle-famille pékinoise et à sa connaissance de la langue, se métamorphosant parfois en «Chinois blanc», en Ouïgour, il acquiert une vision chinoise et peint un portrait déroutant, bien différent du triomphalisme officiel qui impressionne et inquiète tant les médias occidentaux. Au passage, il bouscule les idées reçues sur le boom économique chinois, l’urbanisation galopante, la corruption, la civilisation plurimillénaire, les droits de l’homme… Par l’un des meilleurs connaisseurs de la Chine, une enquête indispensable pour comprendre ce pays et son rapport avec l’Occident.

Le tigre blanc, Aravind Adiga

Inspirée par mon récent voyage en Inde, j’ai décidé de lire ce superbe roman qui nous plonge dans les paradoxes de l’Inde d’aujourd’hui. Vraiment intéressant pour mieux comprendre les secrets du fameux succès des indiens dans le monde des nouvelles technologies et de l’entrepreneuriat en général.

tigreblanc

Le tigre blanc, c’est Balram Halwai, ainsi remarqué par l’un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel. Dans son Bihar natal miséreux, corrompu et violent, Balram est pourtant obligé d’interrompre ses études afin de travailler, comme son frère, dans le tea-shop du village. Mais il rêve surtout de quitter à jamais les rives noirâtres d’un Gange qui charrie les désespoirs de centaines de générations. La chance lui sourit enfin à Delhi où il est embauché comme chauffeur. Et tout en conduisant en driver zélé, au volant de sa Honda City, M. Ashok et Pinky Madam, Balram Halwai est ébloui par les feux brillants de l’Inde récente des nouveaux entrepreneurs. L’autre Inde, celle des trente-six millions et quatre dieux, celle des castes, des cafards, des taudis, des embouteillages monstres, des affamés, des éclopés et des laissés-pour-compte de la Shining India du XXIe siècle, finit par avoir raison de son honnêteté. Car, de serviteur fidèle, Balram bascule dans le vol, le meurtre et pour finir… dans l’Entreprise… Roman obsédant écrit au scalpel et à même la chair du sous-continent, Le Tigre blanc, conte moderne, irrévérencieux, amo­ral mais profondément attachant de deux Indes, est l’oeuvre du plus doué des jeunes auteurs indiens.

 

 Stupeur et Tremblements, Amélie Nothomb

Un classique s’il en est. J’ai toujours beaucoup aimé la plume d’Amélie Nothomb mais c’est vraiment Stupeur et Tremblements que j’ai le plus apprécié. Je trouve qu’il peint un portrait assez intéressant (et drôle) de la culture d’entreprise japonaise et au-delà de la société japonaise plus largement.

stupeurtremblements

Mais que diable Amélie-san allait-elle faire dans cette galère ? C’est la question qu’on se pose en découvrant l’invraisemblable traitement auquel la jeune narratrice, double à peine voilé de l’auteur, est confrontée lors d’un emploi de quelques mois au Japon. Embauchée par la compagnie Yumimoto, Amélie espère bien pouvoir faire ses preuves dans ce pays qui la fascine tant depuis qu’elle y a séjourné enfant. C’est sans compter sur la subtilité des règles tacites qui régissent la société japonaise, sans compter encore sur le mépris de Mle Mori, sa supérieure. Les humiliations et les vexations se succèdent et la soumission s’installe : Amélie pensait être traductrice, elle finira dame pipi de l’entreprise…

 

 

 

Mange, Prie, Aime, d’Elizabeth Gilbert

Encore une fois il s’agit d’un classique. Ayant adoré mon voyage à Bali j’ai beaucoup aimé la dernière partie de livre. Parfois un peu cucu sur les bords, Mange, prie, aime est un bon livre pour la plage ou pour un quelconque moment de détente.

mange,prie,aime

A trente et un ans, Elizabeth possède tout ce qu’une femme peut souhaiter : un mari dévoué, une belle maison, une carrière prometteuse. Pourtant, elle est rongée par l’angoisse et le doute. Un divorce, une dépression et une liaison désastreuse la laissent encore plus désemparée. Elle décide alors de tout plaquer pour partir seule à travers le monde ! En Italie, elle goûte aux délices de la dolce vita et prend les « douze kilos les plus heureux de sa vie » ; en Inde, ashram et rigueur ascétique l’aident à discipliner son esprit et, en Indonésie, elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver cet équilibre qu’on appelle le bonheur… Et qui n’a jamais rêvé de changer de vie ?

 

Les hirondelles de Kaboul, Yasmina Khadra

Livre poignant qui plonge dans une réalité devenue un peu trop banale à mon gout. Ici ce n’est pas un voyage touristique qui est proposé par l’auteur mais une immersion dans le quotidien tragique de Kaboul.

hirondellesdeKaboul

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Toute fierté l’a quitté. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l’obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore…

2 Commentaires le Les livres pour voyager

  1. Merci pour cet article ! Ça ne fait pas très longtemps que je suis votre blog mais je le trouve très inspirant, j’apprécie votre vision de la vie et de sa simplicité.
    J’aime énormément les livres qui font voyager et qui donne un aperçu de la culture de différents pays, je vais m’empresser de tester les deux livres de votre article que je n’ai pas encore lu…
    D’ailleurs dans le même style je vous conseille le livre «Une odeur de gingembre» d’Oswald Wynd, une fresque de la Chine et du Japon de l’entre-deux guerre (si vous ne l’avez pas déjà lu).
    Je vous encourage à renouveller ce type d’article !!!
    Bonne suite de voyage ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*