La vie d’un travailleur nomade

Nomade digital

tumblr_mva5xuhG8I1sxunm7o1_1280On me pose souvent la question de savoir ce que je fais de mes journées et même si, pour moi, cette question semble un peu absurde, je comprends qu’il soit difficile d’intégrer la notion de travail nomade. C’est pour ça que j’ai décidé aujourd’hui de vous expliquer un peu mieux ce que je fais pour, je l’espère, ouvrir également votre horizon des possibles…

Wikipédia à la rescousse

Pour commencer, je vous propose de consulter la définition (en Anglais, sorry) proposée par Wikipédia pour décrire le travail nomade, ou comme il est appelé ici, le nomadisme digital.

Digital nomads are individuals that leverage wireless digital technologies to perform their work duties, and more generally conduct their lifestyle in a nomadic manner. Such workers typically work remotely—from home, coffee shops, public libraries and even from recreational vehicles to accomplish tasks and goals that used to traditionally take place in a single stationary workplace.

En gros, les travailleurs nomades sont des personnes qui travaillent grâce aux nouvelles technologies, notamment le WIFI et les Smartphones, depuis l’endroit qu’ils choisissent, sans avoir de bureau fixe.

Typiquement, ces personnes travaillent dans les domaines du web et du multimédia (webdesigners, photographes,  développeurs, rédacteurs, etc) mais le travail nomade ne se limite pas à ces secteurs. Aujourd’hui on peut très bien être professeur à distance, assistante administrative, journaliste et beaucoup d’autres métiers.

Mon nomadisme à moi

Dans mon cas, c’est à peu près la même chose, si ce n’est que je n’ai pas vraiment de formation « web ». Alors pour pouvoir subvenir à mes besoins tout en me dorant la pilule au soleil, je fais ce que je sais faire : j’écris, je traduis, je transcris, je parle même. Ce qui est vraiment sympa c’est que je change de « métier » chaque jour et que toutes les missions sont différentes : je traduis des contrats, des sites internet, des lettres manuscrites d’une vieille grand-mère… Je transcris des entretiens médicaux, des vidéos québécoises, des interviews de sinologues… Je prépare des cours de Français, j’enregistre des répondeurs vocaux, je raconte des histoires… Et puis surtout, j’écris, pour des blogs sur l’écologie, le marketing online, les mariages, les bijoux, etc.

Et, oui, j’arrive à en vivre.

Mais l’avenir ?

Encore une question qui revient souvent : Jusqu’à quand ? Pour combien de temps ?

J’ai envie de répondre que pour le moment je n’échangerais ma place pour rien au monde. Je vous explique… Je me lève tranquillement avec le soleil, je prends mon petit déjeuner en lisant les nouvelles du Monde et de Facebook, ensuite je me mets au travail chez moi, dans un café ou chez un ami. Vers 13h je me prépare une petite salade ou je partage un curry vert avec des copains. Ensuite, je me remets au travail. Vers 17h30 je me prépare pour aller faire du yoga, de la boxe thaï ou un footing. Et le soir, je retrouve les copains pour un diner, un apéro ou autre chose. Le weekend peut commencer un mardi, un jeudi ou quand je le décide. Je peux ne pas m’arrêter de travailler pendant 2 semaines si je le souhaite. Je peux partir au Laos ou au Cambodge sans devoir poser de jours de congés. Et si j’ai une panne de réveil, mon patron ne viendra pas me réprimander… Je travaille en short, en pyjama ou ce que je veux. Pas de réunion, pas de pots de départ.

Alors franchement, l’idée de revenir travailler dans un open space, à écouter les blagues salaces de mes collègues, devoir attendre 18h30 pour partir alors que je devrais partir à 18h « pour faire bien », devoir être impeccablement habillée et maquillée alors même que je ne verrai que mes collègues, perdre mon temps en réunions inutiles, perdre mon temps en voiture ou en métro pour aller au boulot, travailler dur pour une entreprise qui ne sait même pas qui je suis, analyser des chiffres qui n’ont aucun sens, ça ne me fait pas vraiment envie… Merci, bien.

Voilà, j’espère que vous comprenez un peu mieux ce que je vis. Encore une fois, cette description ne concerne que moi et tous les travailleurs nomades ne vivent pas de la même façon. Et si vous n’êtes pas convaincus, jetez un œil à http://nomadoffice.tumblr.com/

3 Commentaires le La vie d’un travailleur nomade

  1. Coucou Anais !

    C’est extrêmement bien écrit et tu n’imagines pas à quel point ce post peut me toucher et me parler.

    Je suis heureux de te savoir heureuse et espère pouvoir te rejoindre sur la route dans quelques temps !

    Je t’embrasse et pense très fort à toi,

    A bientôt,

    Loic.

    • Salut Loic,
      Je suis très contente de voir que cet article t’a parlé :)
      Bon courage à toi et peut être à un de ces quatre ici ou ailleurs!

  2. +1 ! C’est effectivement assez proche de la vie parfaite :)

Répondre à Anaïs Gibert Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*