La religion au Japon

Temple MeijiPendant mes quelques jours passés dans la capitale nipponne, j’ai remarqué que la religion était fortement présente au Japon. Sanctuaires, temples et même églises se côtoient harmonieusement. Le syncrétisme religieux est un aspect très caractéristique du Japon et il semble que chaque étape de la vie soit rythmée par une religion différente. On entend d’ailleurs souvent dire que les Japonais naissent Shinto, se marient catholiques et meurent bouddhistes.

En effet, lorsque l’on regarde les chiffres officiels annonçant 84% de Japonais shintoïstes, 71% de bouddhistes et 2% de chrétiens, on se rend bien compte que la majorité de la population pratique au moins 2 religions.

Le Shintoïsme est la religion traditionnelle, originaire du Japon, et c’est elle qui a posé les bases de la société Japonaise : grande attention pour la nature, culte des ancêtres, vénération des Dieux.

Le bouddhisme, lui, a été importé de Chine et de Corée au cours des Ve et VIe. Aujourd’hui il encadre surtout les rites funéraires comprenant une crémation du corps puis un enterrement dans le tombeau familial.

La troisième religion en nombres de pratiquants est aujourd’hui la religion catholique. Si les activités missionnaires débutèrent au XVIe siècle, l’engouement (mesuré) pour cette religion est relativement récent. C’est surtout le mariage catholique qui est populaire chez les jeunes générations.

Pour finir, il existe tout un tas d’autres religions (judaïsme, religion musulmane) et de sectes qui comptent nombres d’adeptes au Japon. L’activité spirituelle est très intense et perdure dans la société nipponne contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*