J’ai choisi de voyager…

Combien de personnes ai-je entendues me dire : « quelle chance tu as de pouvoir voyager comme ça », « j’aimerais bien avoir autant de chance que toi », « quelle chanceuse, moi aussi j’aimerais pouvoir voyager à longueur de temps »… Et il est vrai que j’ai beaucoup de chance, j’ai une famille unie, aucun problème d’argent, j’ai reçu une très bonne éducation, je suis en bonne santé, j’ai des amis et un homme qui partagent ma vie. En revanche, dire que j’ai de la chance de pouvoir voyager, c’est un peu masquer la réalité de la chose…

 choix voyage

Choisir d’être heureux

Mes parents m’ont offert à noël un livre très intéressant intitulé: « L’homme qui voulait être heureux » et signé Laurent Gounelle. Très beau programme vous dîtes vous certainement! Et oui, en effet, ce livre est un roman philosophique mettant en scène un homme qui n’est pas pleinement satisfait de sa vie et qui, grâce à la rencontre d’un vieux guérisseur balinais, va enfin prendre conscience des barrières qu’il s’était lui-même fixées…

Un des enseignements que va découvrir le héros c’est qu’il n’y a aucun obstacle qui l’empêche d’être heureux. C’est lui-même qui se met des barrières en pensant que ce sont des barrières qui lui sont imposées. Et ça, ca nous arrive à tous !

Combien de fois, en discutant avec d’autres personnes de mon voyage, ai-je entendu dire: « moi, je ne peux pas quitter mon travail », « mais je ne peux pas changer de vie comme ça, du jour au lendemain », « tu sais j’ai des attaches ici »… Ah oui, vraiment? Mais pourquoi? Posez-vous la question de savoir si ces objections sont réellement fondées.

Et lisez le passage suivant tiré du livre, c’est vraiment révélateur:

- Très bien, je suis d’accord avec tout ça dans l’absolu, mais en pratique ce n’est pas toujours possible de faire ce que l’on souhaite faire.
– On a toujours le choix.

- Non, si je ne faisais que ce qui est en accord ave moi-même, je risquerais de perdre mon boulot…

- Vous avez donc le choix de garder ou de perdre cet emploi.
– Mais je prendrais dans ce cas le risque d’en trouver un moins bien rémunéré. Je ne pourrais plus payer mon loyer !

- Vous auriez alors le choix de conserver cet appartement ou d’en prendre un moins cher, peut-être plus éloigné de votre travail.
– Ma famille et mes amis seraient déçus si je m’éloignais.
– Alors, vous auriez le choix au de les satisfaire ou de les décevoir.
– Vu comme ça…

- C’est juste pour vous dire que le choix vous appartient. A certains moments, dans la vie, on n’a pas forcément beaucoup de choix, et ceux-ci sont peut-être douloureux, mais ils existent et, au final, c’est vous qui déterminez ce que vous vivez : vous avez toujours le choix, et c’est bien de garder à l’esprit cette idée.
– J’ai parfois l’impression que ce sont les autres qui choisissent pour moi.
– Alors, c’est que vous choisissez de les laisser décider pour vous.
– Je trouve quand même qu’il y a des gens qui disposent de plus de choix que d’autres.
– Plus on évolue dans la vie, plus on se débarrasse des croyances qui nous limitent, et plus on a de choix. Et le choix, c’est la liberté.

 

Alors vous voyez, le choix est là, il faut simplement comprendre que ce choix aura des conséquences et viendra forcément changer certains éléments de votre vie.

 

Choisir c’est aussi renoncer

Laurent Gounelle nous dit aussi : « Si vous ne renoncez à rien, vous vous abstenez de choisir. Et quand on s’abstient de choisir, on s’abstient de vivre la vie que l’on voudrait. » Et c’est exactement ce que j’aimerais aussi vous faire comprendre.

Moi j’ai fait le choix d’une vie de voyages et si ça peut effectivement paraître idéal, il faut quand même rappeler que ce choix implique certains renoncements.

  • J’ai par exemple renoncé à être proche de ma famille et de mes amis, et je peux vous dire que ce n’est pas toujours facile d’être si loin les uns des autres.
  • J’ai également renoncé au confort matériel. Aujourd’hui je gagne assez peu d’argent et je ne peux pas m’offrir tout ce dont je pouvais jouir avant.
  • Je suis toujours en situation précaire. Ce mois-ci j’arrive à travailler suffisamment mais le mois prochain? Et si je tombe malade? Ici, pas de chômage, pas de retraite, pas de sécurité de l’emploi.

Loin de moi l’idée de me plaindre ou de me faire passer pour une petite malheureuse, bien au contraire. J’ai fait le choix de voyager en connaissance de cause et j’en assume pleinement les conséquences (positives et négatives). Je veux simplement vous montrer que tout choix implique des renoncements et qu’il faut en être conscient. On ne peux pas avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière, comme dirait l’autre.

Arrêter de se chercher des excuses

Je crois qu’un pas important est celui qui consiste à arrêter de se trouver des excuses. Arrêter de dire que si vous ne partez pas (et c’est vrai pour tous les autres rêves) c’est parce que vous êtes trop vieux, que vous n’avez pas assez d’argent, que vous avez une famille, ou encore que vous ne parlez pas de langues étrangères. Ce ne sont pas des excuses valables. Evidemment chacune de ces situations nécessite une adaptation, une organisation différente, mais en aucun cas elle n’empêche de se lancer. Tout est une question de choix, et même de priorité (comme le disait Magnum).

Et pour terminer, une dernière petite citation de Laurent Gounelle qui, je l’espère, vous donnera envie de vous lancer, quel que soit votre rêve…

« C’est drôle, la vie, il y a parfois de toutes petites décisions qui ont des conséquences incroyables sur le cours de votre existence. »

7 Commentaires le J’ai choisi de voyager…

  1. Bonjour Anais,c’est par hasard que j’ai découvert ton blog. C’est marrant parce que j’ai souvent eu droit moi aussi à ce type de petites phrases » qu’elle chance de pouvoir voyager ainsi » « si je pouvais, je le ferai aussi » » j’aimerai chnager de vie mais… »Bref, toujours la mpeme rengaine^^Avec mon mari et notre fils de 14 ans,nous voyageons et travaillons à distance depuis 9 mois en France puis en Europe. La Thailande est sur notre liste pour 2015 mais même si le cout de la vie est bas est il facile de trouver à se loger pour une petite famille comma la nôtre ? Et surtout avec une (super)bonne connexion internet comprise? La priorité pour pouvoir travailler au quotidien sans que cela soit la cata et que nous soyons obligés de rentrer en France ^^As-tu des bons plans? ?

    • Bonjour la famille nomade! Merci pour votre message. Je trouve votre expérience vraiment géniale, moi aussi j’aimerais bien pouvoir continuer à voyager comme ça avec une petite famille :) A propos de Chiang Mai, aucune inquiétude à avoir, il est extrêmement facile de trouver un logement bon marché et bien équipé. Je vous conseille de regarder le site : http://nomadrental.com/city/chiang-mai/ pour vous donner quelques idées. Bonne route et peut-être qu’on se croisera un jour!

  2. Salute Anaïs,

    Je découvre ton blog petit à petit et ton style que j’apprécie énormément. Cela fait quelques temps que l’on peut sentire cette tendance qui se dégage très bien de ton article. Oui d’une certaine mannière, nous sommes chanceux d’être né dans un pays libre, d’être en bonne santé, d’avoir des gens qui nous aiment, et nous sommes chanceux de voyager plus que la moyenne.
    Mais la chane, nous avons su la provoquer ou tout du moins la saisir. Pour nous, c’est le voyage, pour d’autre ce sera monter une entreprise, fonder une famille, inventer quelque chose, etc. Nous avons juste trouvé notre place. Dit-on d’un créateur d’entreprise qu’il est chanceux, dit-on d’une ancien obèse qui transforme son corps en celui dont il rêve qu’il est chanceux ? Non, on dit qu’ils ont du mérite car il se sont bougé les fesses. Nous aussi :)

    • Parfaitement!! Bon et puis d’ailleurs rien ne nous empêche AUSSI de créer une entreprise, de fonder une famille, d’inventer quelque chose et de perdre du poids ;)
      Bons voyages à toi !

  3. Je pense que les gens veulent dire « t’as de la chance d’avoir su oser ». C’est ce que je me dis quand les gens me sortent un truc pareil, alors que c’est tous sauf la chance qui m’a permis de voyager.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Le vrai voyage est intérieur ou la définition du Wanderlust - NOMADIGITAL.FR-NOMADIGITAL.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*